Le château dans l'eau / Sandcastle - Junfeng Boo

Publié le par Cyprien Dignoire

Chaque château de sable se bâtit sur la terre d'une île, sur la terre d'un pays, sur la terre d'une famille. Loin des seaux et râteaux, En commence sa propre vie. Le temps s'écoule, le passé s'égraine. Il plonge. Pour grandir, il fouille dans les fondations. Elles retiennent une belle façade : une famille aimante, la fierté d'une mère dévouée, l'attention pour une grand-mère malade. Derrière le soleil éblouissant se cache une ombre, qui au fil du temps s'agrandit. Les grains colorés se dévoilent, Boo Junfeng réalise une histoire intimiste, avec des questions universelles, sinon existentielles. Le récit de racines, de coutumes, de tabous, parmi différentes générations, installées à Singapour, où l'histoire et la politique s'entremêlent. La poursuite de ce but se confirme avec un jeu admirable et sincère de l'acteur amateur Joshua Tan, ainsi qu'un leitmotiv parsemé au cours de l'œuvre. Ces différentes facettes ne font qu'un : lui. Un être pour le moment sombre, qui se cache derrière ce qu'il croit connaître, mais qui affronte enfin les fortes lumières bien éloignées des fines lueurs de son enfance. La recherche débute, d'abord en se confrontant à la réalité de ce qui l'entoure. Un pays au peuple composé de nombreux récalcitrants, comme les jeunes étudiants des années passées qu'étaient ses parents. Depuis, son père reste absent, qu'est-il survenu ? La jeunesse respecte alors des coutumes mais aussi cherche son affirmation. Les devoirs civiques à respecter, comme l'armée que les pères ont combattue. Mais dans quel sable mettons-nous les pieds ? N'est-ce pas le schéma de ma famille que je reproduis ? Ont-ils toujours fait les bons choix ? Comment exister alors que tous sont là, et que peu a changé ? Simplement, ne faut-il pas reculer pour avancer ? Plusieurs questions, plusieurs réponses, mais peut-être que l'existence et l'unicité n'existent pas, non sans sens pour la vie, mais justement exister pour la quête d'un idéal, exister pour soi, pour les autres, pour l'histoire, pour l'homme. Exister alors pour la terre d'une île, pour la terre d'un pays, pour la terre d'une famille.

Chaque château de sable dégage son propre horizon.



Marie CHARLIER, Lycée Henri Martin, Saint-Quentin

 

Sandcastle_cannes_critique.jpg

Site de la semaine de la (toute) jeune critique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article